Autre souvenir de guerre – histoire courte

autre souvenir de guerre

Il était animé depuis ces derniers temps par un immense désir de vivre. Lui, qui croyait être devenu un simple animal vivant dans la boue, il s’était tout à coup sentir revivre. Il respirait à nouveau et l’air qui emplissait ses poumons ne lui avait jamais semblé aussi pur.

Le paysage qui défilait devant ses yeux ne lui avait jamais semblé si reposant. Il marchait en essayant d’imprimer dans sa mémoire les odeurs, couleurs et formes qui l’entouraient de toutes parts. Il avait décidé de partir au petit matin. Afin de cheminer tranquillement et arriver le plus tôt possible. Il voulait profiter de ce dernier moment seul avec lui-même pour chasser les dernières pensées noires qui sommeillaient en lui. Il voulait recommencer tout à zéro. Oublier le sang, les cris des camarades, les odeurs de souffre mélangée à celles de la boue. Il voulait pouvoir savourer pleinement les prochaines retrouvailles. Son paquetage sur l’épaule, et le regard perdu dans l’immensité du paysage il marchait nonchalamment, se laissant guider par ses souvenirs. Ici rien ne semblait avoir été affecté par les échos de la guerre. Seules les photos des chers disparus qu’il apercevait à travers les fenêtres des fermes trahissaient la rage qui s’était déployée à plusieurs kilomètres de là. Un coin de paradis. Son coin de paradis.

 

Une photographie posée sur le manteau de la cheminée. Un jeune garçon perdu entre l’adolescence et l’âge adulte. Il sourit avec insouciance. Tout à côté de la photographie, une fleur des champs dans un vase. Assise sur un tabouret, une femme regarde fixement en silence cette image. Les chiens qui aboient. Ameutés par un visiteur. Par la fenêtre elle voit la voisine. Elle a l’air anxieuse, regardant fixement en direction du visiteur qui s’approche. La voisine s’élance précipitamment. Le visiteur accourt à sa rencontre. Si seulement elle avait eu cette chance, elle aussi. Elle reporte le regard sur la photographie. Déjà un été qu’elle a reçu le télégramme. Un soupir mélancolique s’échappe de ses lèvres. Puis un flot de larmes commence à couler sur ses joues lentement alors que lui parviennent leurs larmes de joie. Les larmes de joie de sa voisine et de son fils revenu de la guerre.

 


 

Photo credit: Pierre J. / Foter / CC BY-NC-SA

Rendez-vous sur Hellocoton !

Envoyer une réponse

Votre email ne sera pas publié. Les champs nécessaires sont indiqués par