Comment choisir le nom de son personnage de fiction

comment choisir le nom des personnages

Comment choisir le nom de son personnage de fiction est une question que je me suis moi-même posée récemment. Très vite je suis arrivée à la conclusion que jusqu’à aujourd’hui j’ai fait appel à l’inspiration du moment. Les noms des personnages se décident alors que je tiens la plume. Toutefois, si c’est bien à la muse que je fais appel je dois reconnaître que mes choix sont influencés par différents facteurs.

Je me suis amusée à essayer de recenser et catégoriser ces facteurs. De quoi me faire prendre pleinement conscience que l’inspiration que je ressens au moment de donner vie à mes personnages, de décider des noms des personnages, est loin d’être le fruit du pur hasard. La preuve dans les quelques lignes qui suivent.

Comment choisir un prénom ?: se laisser porter par l’affection qu’on lui porte

Pour les personnages principaux de mes récits il m’est arrivé plusieurs fois de recourir à des prénoms qui me plaisaient alors particulièrement au moment de l’écriture.

Cela est par exemple le cas, comme expliqué dans de précédents articles, pour les prénoms d’Alexandre Rocquetour, Vincent Lemousse et Annabelle Sémaphore. Tous trois figurent parmi les principaux protagonistes du récit de La Grande Traversée, et tous trois ont un prénom que j’affectionnais tout particulièrement à l’époque.

 

Autre piste pour le prénom: choisir pour doter le personnage de certaines caractéristiques

Plusieurs fois j’ai mis sur le papier un prénom parce qu’il m’inspirait des caractéristiques que je souhaitais insuffler au personnage que j’étais en train de créer. En quelque sens dans ces moments-là je ressens que le prénom va déterminer déjà d’un monde intérieur, de qualités qui vont me servir de point de départ. Cette façon de procéder m’apporte une base à ce personnage, base à partir de laquelle je vais pouvoir ensuite laisser libre cours à mon imagination, et qui peut aussi apporter un point de référence pour le lecteur.

Ainsi, comme expliqué dans un précédent article, il n’est pas anodin qu’un des personnages du récit de La Grande Traversée se prénomme Philéas et un autre Erasme. Le premier est une référence au personnage de Philéas Fogg, gentleman aventurier inventé par Jules Verne et que j’avais découvert enfant dans un dessin animé. Le second est en référence à Erasme l’humaniste de notre 15e-16e siècle.

 

Modeler les noms des personnages selon sa volonté, jouer sur des associations de mots et sonorités

 

Le fait d’écrire des histoires fantastiques confère un tout pouvoir sur les éléments de ce récit, à commencer par les personnages qui le peuplent et donc les noms des personnages. Loin de toutes restrictions qui viendrait par exemple d’écrire un roman de type historique ou biographique, les récits de pure fiction permettent de prendre plaisir à inventer les noms des personnages. Après tout, il s’agit du monde que VOUS créez, dont vous définissez les socles fondateurs, donc libre à vous de donner libre cours à vos moindres envies. Dans les récits de fiction et plus spécialement dans les récits fantastiques plus que dans toutes autres types de récits, la seule limite est celle de votre imagination.

Il m’est ainsi arrivé plusieurs fois au cours de l’écriture du récit de La Grande Traversée de m’amuser à:

  • transformer des prénoms qui existent. Cela est le cas des prénoms Olmar et Edma, tous deux dérivés de prénoms. Olmar étant une variation de Omar et Edma une variation d’Edmée et Emma.
  • associer plusieurs prénoms ou mots pour créer les noms des personnages. Cela est par exemple le cas de  Reskiff, contraction des mots ‘rescousse’ et ‘récif’
  • créer de toutes pièces un prénom ou nom de famille, sans aucun point de référence. Cela est par exemple le cas du prénom de Trim
  • faire délibérément un jeu de mots. Cela est par exemple le cas avec le nom de famille Wizz d’Om, sur une variation du mot « wisdom »
  • associer un prénom et un nom de famille pour obtenir une série de sonorités qui véhicule un certain sentiment. Cela est le cas par exemple de Emilia Samier que j’avais voulu à l’époque pour la douceur  que  je ressentais en prononçant à la suite son prénom et son nom de famille
  • créer des noms qui partagent des similitudes de sonorités afin de montrer la proximité des personnages, leur appartenance à un même groupe. C’est ainsi le cas des prénoms Olmar, Wilmar, Brimar et Donar. Et dans une autre mesure aussi ce qui a motivé mon choix pour que les membres de la confrérie fassent tous précéder leur prénom du titre de ‘Don’.

 

Quelques derniers mots: pistes à essayer qui font appel à différents degrés de hasard ou déterminisme

Comment choisir un prénom et nom de famille pour les personnages en faisant recours au pur hasard? Me viennent les éventuelles façons suivantes de procéder; méthodes que je n’ai pas encore essayées:

  • choisir au hasard un jour et un mois avant d’aller voir dans un calendrier le nom du saint auquel il correspond
  • prendre un livre des prénoms et laisser décider le hasard
  • choisir un annuaire téléphonique et laisser la chance décider du nom de famille. Pour cela il faut s’éloigner d’internet et ressortir de ses placards l’annuaire papier

Comment choisir un prénom et nom de famille en faisant appel au déterminisme ? Voici quelques pistes:

  • passer au filtre de la numérologie le prénom et nom que l’on avait pensé pour le personnage. Si les traits de caractéristiques ne collent pas au personnage qu’on avait en tête et à l’histoire qu’on avait pensé, il faudra revoir la copie. Si votre personnage a un nom qui n’utilise pas un alphabet terrien, la tâche sera bien plus ardue pour cette piste. Je me suis amusée dans un précédent article à passer des noms de mes personnages de fiction au filtre de la numérologie; vous pouvez voir les résultats ici.
  • chercher des prénoms et noms de famille qui sont en usage dans le cadre historique et/ou géographique dans lequel s’inscrit le récit. Il est évident que cela ne peut pas s’appliquer pour tous les récits. Par exemple écrire à propose d’une population extraterrestre compliquera la mise en œuvre de cette piste.
  • définir les nom des personnages en jouant sur des assonances, allitérations, jeux de mots que l’on souhaite obtenir pour retranscrire des traits de caractère ou spécificités bien précises.

 

Photo credit: James Bowe / Foter.com / CC BY

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaireLaisser un commentaire

Envoyer une réponse

Votre email ne sera pas publié. Les champs nécessaires sont indiqués par