Des histoires fantastiques pour enrichir la correspondance épistolaire

boîtes aux lettres correspondance épistolaire

Des correspondances avec les membres de ma famille alors que j’étais étudiante et que nous étions séparés par les kilomètres ont conduit (assez naturellement) à l’intégration de courtes histoires fantastiques. Au fil des lettres je m’amusais à m’imaginer dans la tête de toute sorte d’animaux et de personnages farfelus ou inattendus. Je ne m’imposais aucune limite, me laissant porter par l’imagination au gré des événements, des influences. Le plaisir d’inventer des histoires fantastiques de cette façon ne m’a jamais quitté depuis, et se passe même à présent du ressort de correspondance épistolaire.

Comment naissent les histoires fantastiques dans mon imaginaire

M’imaginer dans la tête de personnages ou de créatures est un angle que je m’amuse toujours à utiliser de temps à autres le temps d’un court récit, d’une histoire fantastique. Selon l’inspiration du moment je peux me retrouver en train dans les pensées de créatures vivantes ou de créatures fantastiques. Je ne mets pas de limite. Ce qui parfois peut mener à des rebondissements inattendus dans les histoires fantastiques.

Du guépard qui se fait passer pour herbivore, au T-Rex qui s’attriste de ne pas être aimé, en passant par l’agent secret en mission ultra-secrète, ou à la personne qui cherche des moyens de passer le temps alors qu’elle est dans son abri anti-atomique ; tous les sujets peuvent être l’objet d’histoires fantastiques.

Je me surprends aussi parfois à essayer d’imaginer la vie des personnes que je croise dans les endroits où j’ai le temps de laisser filer mon imagination ou à me demander à quoi ressemblaient les lieux qui m’entourent il y a de cela 50 ans, 100 ans, 1000 ans ou même avant, aux gens que je croiserais dans ce voyage temporel. Assise dans un train, dans une salle d’embarquement, en attendant le prochain bus, ou en visitant de nouveaux lieux ; les moments ne manquent pas. Ce sont autant de moments où je peux librement laisser vagabonder mon imagination, faire naître une idée d’histoire fantastique. Mes pas m’amènent aussi parfois à avoir la surprise de me retrouver nez-à-nez avec un rappel que l’imagination a animé bien d’autres personnes avant moi. Comme il y a de cela un peu plus d’un an lors d’une visite de l’Alcazar de Séville où j’ai vu se tenir devant mes yeux une représentation de l’imagination.

imagination à l'alcazar

représentation de l’imagination à l’Alcazar de Séville

 


 

Photo credit: coffeehistorian / Foter / CC BY-NC-ND

Rendez-vous sur Hellocoton !

Envoyer une réponse

Votre email ne sera pas publié. Les champs nécessaires sont indiqués par