La mutation animale et l’imaginaire

manimal imaginaire

Une jeune fille en tenue de collégienne serpente comme une anguille au fond de la mer. Cette image de Still the Water, le nouveau film de Naomi Kawase, renvoie aux traditions de l’île japonaise d’Amami où il fut tourné et dont les habitants, héritiers d’une culture où l’activité humaine ne se conçoit pas autrement qu’en harmonie avec la nature, ont longtemps transmis à leurs enfants cette technique de plongée « à nu », comme les poissons. Alors qu’elles sont en passe de se dissoudre dans le bain de la modernité, leurs traditions ont inspiré ce beau film où s’opère une passation de relais entre une mère chamane, sur le point de mourir, et sa fille, adolescente-poisson, qui s’ouvre à la vie.

Repéré dans www.lemonde.fr

Rendez-vous sur Hellocoton !

Envoyer une réponse

Votre email ne sera pas publié. Les champs nécessaires sont indiqués par