L’Histoire sans fin : points communs avec films et romans

histoire sans fin

J’ai découvert L’Histoire Sans Fin lors d’une diffusion à la télévision alors que j’étais enfant dans les années 80, avant que de découvrir que le film est l’adaptation d’un roman de Michael Ende et de me rendre compte que les notes du thème principal du film sont restées gravées pour toujours dans ma mémoire.

Il existe des points communs avec l’adaptation cinématographique de L’Histoire Sans Fin et les récits sortis de mon imaginaire et de celui d’auteurs et réalisateurs célèbres.

Points communs avec la trame de l’Histoire Sans Fin

Je dénombre parmi ces similitudes :

  • l’importance donnée aux livres et à la lecture – on retrouve  ce trait dans d’autres romans et nouvelles célèbres tel que par exemple Coeur d’Encre de Cornelia Funke, et parmi les références les plus anciennes on peut mentionner De Grandes Espérances de Charles Dickens où Pip, le héros de ce récit, tient à apprendre à savoir lire pour se hisser dans l’échelle sociale et conquérir sa dulcinée.
Pip apprend à lire grâce à Biddy dans De Grandes Espérances

Pip apprend à lire grâce à Biddy dans De Grandes Espérances – Adaptation de 2012

  • le médaillon/pendentif détenu par le héros principal de l’Histoire Sans Fin – la découverte par hasard d’un objet magique ou celle qu’un artefact hérité de ses ancêtres recèle un secret est souvent la clé du début d’une aventure fantastique qui conduira le heureux à se dépasser et faire des rencontres inoubliables. On peut citer ainsi la boussole magique de la trilogie A la croisée des mondes de Philip Pullman, le doublon espagnol du film Les Goonies, le médaillon du héros de la trilogie Pirates des Caraïbes ou bien encore la lampe magique d’Aladin.
Pendentif de l'Histoire Sans Fin

pendentif dans l’Histoire Sans Fin

  • le fait que le personnage principal parte en quête d’une autre personne déterminante – nombre de récits incluent cette recherche d’un personnage qui détient un savoir, un pouvoir ou des connaissances qui sont considérés comme indispensables. Souvent la recherche de cette personne s’avère être un objectif intermédiaire qui conduit à de nombreuses péripéties et à des remises en question des croyances initiales. On peut ainsi citer Stardust de Neil Gaiman, où le héros part en quête de l’étoile qui s’est écrasée pour l’offrir en cadeau à l’élue de son coeur avant que de découvrir la vraie nature de ses sentiments, ou bien encore le film Anastasia où dans sa version dessin animé réalisé par Don Bluth le héros finit par écouter ses bons sentiments plutôt que l’appât du gain.
Tristan découvre l'étoile qui s'est écrasée dans Stardust

Tristan découvre l’étoile qui s’est écrasée. Photo issue du film Stardust

  • l’idée que la vie des personnages de fiction ne s’arrête pas une fois le livre fermé ou la dernière page tournée, telle une histoire sans fin – on retrouve ce concept dans le récit de Coeur d’Encre de Cornelia Funke où les personnages de romans peuvent être invoqués et envahir le monde réel. On perçoit aussi cette croyance dans le film Il était une fois de Disney (Enchanted en version originale) qui nous montre la princesse typique de conte de fée propulsée malgré elle dans notre monde et se confronter à cette nouvelle réalité, ou bien encore plus récemment dans la série télévisée Once Upon a Time où les personnages de conte de fée mènent leur propre vie en dehors des récits d’origine.
la magie sort des livres dans Coeur d'Encre

la magie sort des livres dans Coeur d’Encre


 

Photo credit: By Tropican (Own work) [CC-BY-SA-3.0 or GFDL], via Wikimedia Commons

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaireLaisser un commentaire

Envoyer une réponse

Votre email ne sera pas publié. Les champs nécessaires sont indiqués par